Stocker de la lumière dans des nanoparticules pour l’imagerie in vivo

 
©UTCBS
©UTCBS

Les sondes pour l’imagerie in vivo de tumeurs, de la vascularisation ou de cellules greffées sont des molécules fluorescentes qui émettent de la lumière pendant des temps très courts. Cette lumière émise étant la clé pour visualiser l’organe ou la tumeur en question, il faut exciter en permanence ces sondes dans le corps de l’animal, ce qui génère un bruit de fond qui vient troubler l’observation. Les chercheurs de l’Unité de technologies chimiques et biologiques pour la santé (UTCBS-CNRS/Inserm/Université Paris Descartes/Chimie Paris Tech) proposent aujourd’hui des nanoparticules pouvant stocker et restituer la lumière pendant plusieurs heures dans la zone de transparence des tissus biologiques. Ces travaux menés en collaboration avec l’Institut de recherche de chimie Paris (IRCP-CNRS/Chimie Paris Tech/Ministère de la culture et de la communication) et Biospace Lab (1) sont parus dans la revue Nature Materials en mars 2014.

Lire la suite

 


Cet article fédère 3 groupes de recherche de Chimie Paristech. Il est paru en avril  2014et cité plusieurs fois. Cet article est une contribution transversale majeure (parue dans Nature Materials) entre Daniel Scherman (UTCBS), en collaboration avec Didier Gourier et Bruno Viana (IRCP).